La commission finances

Voici une brève présentation de la commission finances.

Toutes les communes de France sont comme votre foyer. Pour vivre et faire face à leurs dépenses, elles doivent trouver des sources de revenus. Malheureusement, la plus célèbre, c’est une partie des taxes locales que vous recevez au début de l’automne dans vos boîtes à lettres (taxes d’habitation, foncière et foncière non bâti).
La commune reçoit également de l’Etat, de la région et du département des subventions et dotations diverses (en nette diminution depuis trois ans) mais aussi les loyers des logements et terrains dont elle est propriétaire, vos redevances diverses (cantine …).
La commune ne possède pas de compte bancaire propre. Elle doit donc justifier auprès du Trésorier de Bouaye (plus connu sous le nom de Percepteur) de la dépense de chaque centime d’euros. C’est donc à ce moment-là qu’entre en action la commission finances.
Cette commission est composée du Maire, de ses cinq adjoints et de quatre conseillers municipaux. Elle est chargée, avec l’assistance de la Directrice Générale des Services de la Mairie, de confectionner le budget annuel.
Les dépenses d’une commune se répartissent en deux catégories : le fonctionnement et l’investissement.
Le fonctionnement : les dépenses prévisibles qui se répètent généralement d’une année sur l’autre entrent dans cette catégorie. Il s’agit des salaires des employés communaux, des frais de chauffage, d’eau et d’électricité de tous les bâtiments municipaux (la mairie, l’école, la cantine, le stade, le camping, l’éclairage public, ….) ainsi que les diverses petites réparations qui en découlent, les subventions pour les associations, l’outillage pour les services techniques, des petits travaux de voirie…
L’investissement : concerne les dépenses de l’année avec un coût plus ou moins important : achat de terrains pour constructions futures, création d’un nouveau bâtiment, réfection importante d’une rue…..
A partir du mois d’octobre, il est fait un recensement des travaux et achats prévisibles l’année suivante. Des devis sont demandés aux entreprises et organismes divers. Il est également demandé aux associations de nous fournir leur demande de subvention.
En début d’année arrive la grosse question : de quelle somme pouvons-nous disposer pour le budget. La pêche aux subventions commence. Les divers organismes sont interrogés avec les documents et plans nécessaires.
Le travail de la commission peut alors vraiment commencer. Il va falloir aligner sur chaque ligne budgétaire une somme. Si pour le budget de fonctionnement c’est relativement simple (rappel : dépenses d’une année sur l’autre) celui de l’investissement est nettement plus complexe. Car ce sont toutes ces réalisations que vous voyez dans votre vie quotidienne. Et il ne faut pas dépasser d’un centime la somme allouée. Bien sûr, il y a la solution simple de l’emprunt. Elle ne sera retenue que pour des réalisations importantes et exceptionnelles. Car il ne faut pas oublier : tout emprunt est fait pour être remboursé et grève votre budget futur pour plusieurs années.
Une des séances de la commission sera consacrée aux dossiers de subventions présentés par les associations. Chaque dossier est étudié individuellement. Divers critères entrent en jeu : activité, nombre de licenciés, nombre de mineurs inscrits, projets … une somme est alors ou non attribuée.
Au cours d’une de ces séances sont également étudiés les loyers des logements, les locations des salles, les tarifs du cimetière, du camping, …
Après une dizaine de réunions, le budget est « clos ». Pour être validé, le maire présente avant la fin mars au conseil municipal qui reste toujours le dernier décideur. Il est en même temps présenté au conseil le résultat de l’année précédente. Pour être mis en œuvre, il doit être approuvé par la majorité des conseillers.
L’action des membres de la commission ne s’arrête pas là. Toute l’année , il faut vérifier ce budget, le corriger en fonction des aléas et des inconnus, apporter et présenter au conseil les décisions modificatives s’y rapportant.
Une gestion rigoureuse, un suivi constant et une étude continuelle des besoins de la population permettent une amélioration de votre cadre de vie sans augmentation notable des taxes locales.

Philippe Houdayer, Adjoint aux finances

Mairie de Port Saint-Père

Mentions légales | Plan du site | Contact | Accueil