L’église de Port-Saint-Père

La première église du Port-Saint-Père fut fondée au VIIe siècle par l’apôtre du Bas-Poitou, Saint-Martin de Vertou. Elle était dédiée à Saint-Pierre et donna son nom à la paroisse, le « Port-Saint-Père » signifiant le « passage de Saint-Pierre ».

Le premier édifice fut remanié à diverses époques, notamment aux XIIe et XVe siècles. Cette antique église dut subir plusieurs réparations aux XVII e et XVIIIe siècles, du fait de son mauvais entretien.

La révolution entraîna la ruine du bâtiment. Le 10 septembre 1793, le bourg fut complètement incendié par les républicains. Après la « pacification » de la Vendée, la population s’empressa de rétablir la charpente et la toiture sur les murs incendiés de son église.
En 1818, on construisit un clocher et deux chapelles formant transept pour répondre au besoin venu de l’accroissement de la population. Mais les murs, minés par l’incendie, menaçaient ruine et la population ne cessait d’augmenter. Dès 1834, il fut décidé de construire une nouvelle église au Port-Saint-Père.

La première pierre en fut posée le 28 juin 1865. Afin de permettre la célébration de la messe pendant les travaux, elle fut construite en deux temps : d’abord la nef, les collatéraux et le transept sud, de 1865 à 1867 ; ensuite, le transept nord, le chœur et les deux chapelles collatérales, de 1873 à 1878.
Cet édifice fut construit grâce aux dons et souscriptions des paroissiens ; son coût peut être évalué à 150.000 francs lourds de l’époque.

JPEG - 83.5 ko

L’église actuelle, de style néogothique, occupe l’emplacement de l’ancien sanctuaire et du cimetière. Pour répondre aux nécessités de la circulation, elle a dû être édifiée perpendiculairement à l’ancienne église.
Au bas de la nef, de chaque côté du porche, ont été placés les quelques meubles subsistant de l’ancienne église : à gauche l’ancien autel St Jean-Baptiste (XVIIIe s.) et le grand tableau du retable du maître-autel ; à droite, les fonts baptismaux et un tableau de St Jean-Baptiste (XVIIIe s.).
Source : Jean-François CARAES

photo : François MARCHAND ©.f.marchand@balloide-photo.com

JPEG - 30.9 ko

Image : Regards historiques sur Port-Saint-Père, JF CARAES

QUELQUES RENSEIGNEMENTS SUR L’EGLISE DE PORT-SAINT-PERE

1865 – 1867  : Construction de la nef
1873 – 1878  : Construction du chœur
1896  : La statut de Notre Dame de Lourdes est offerte par un groupe de paroissiens
1898  : Construction du clocher qui se trouve pratiquement au milieu de l’ancien cimetière.
1901  : Le 27 janvier, bénédiction des quatre cloches (électrifiées en 1937).
- La 1ère pèse 1054 Kg, donne le mi b
- La 2e pèse 754 Kg, donne le fa
- La 3e pèse 550 Kg, donne le sol
- La 4e pèse 304 Kg, donne le si b
Elles ont été fondues par la maison ASTIER de Nantes.
1902  : Maître-autel en pierre blanche qui rappelle St Similien de Nantes
1917  : Autel du Sacré-Cœur
1921  : Autel de la Vierge. Le groupe Notre Dame des Douleurs est une réplique de la « Pieta » de Michel Ange de Rome.
1928  : Bancs
1932  : Boiseries du chœur
1980  : Aménagement du chœur pour une meilleure participation eucharistique. La chaire est devenue l’autel et l’ambon actuels.
1981  : Le tuffeau extérieur de l’église est remplacé par le cireuil.

TABLEAU CLASSÉ

Grâce à une démarche du Père Aumaitre, prêtre nantais, le tableau situé dans la chapelle Notre Dame de Lourdes est désormais classé (avril 1981). Il s’agit de « La Résurrection », peinture sur toile, signée pépin DUFAY, mai 1826.

Mairie de Port Saint-Père

Mentions légales | Plan du site | Contact | Accueil